CPArama – Cartes Postales Anciennes – Lettre Info #45

Logo 45

Titre voeux

  • Il est permis, parait-il, de présenter ses voeux tout au long du mois de janvier !
    Toute l’Equipe vous souhaite donc, à chacune et à chacun d’entre vous le meilleur pour 2013, dans tous les domaines. Que cette année vous soit douce et vous apporte bonheur, paix et sérénité.
    Pour CPArama, bien sur, nous formons aussi des voeux ! Que viennent nous rejoindre beaucoup de membres comme vous : passionnés, fidèles et désintéressés. Que vous mêmes continuiez, inlassablement à fouiller vos cartons, à écumer les foires et bourses (tant qu’il en reste !) pour nous faire partager vos trésors.
    Grâce à vous, CPArama est devenu incontournable dès que l’on parle de CPA sur le net. On voit de plus en plus de cartes provenant de notre site agrémenter d’autres sites, et c’est tant mieux ! Le bébé que Michel a porté sur les fonds baptismaux en août 2008 est maintenant un bel adolescent, aidons-le à devenir un adulte admiré et respecté !

Nouveaux

  • Depuis le redémarrage de CPArama après la galère du déménagement, un certain nombre de  » Petits Nouveaux  » sont venus grossir les rangs des  » Posteurs de cartes « , et ont offert à la collection bon nombre de jolis clichés.
  • La-itannie a assisté à la sortie des chemisières à Châteauroux (36)

La-itannie 1358437160-Chateauroux-Sortie-des-Chemisieres

  • Après quoi, c’est dans les Landes (40) qu’elle est allée fabriquer des  » Enveloppes de paille « 

La-itannie 1354478697-Fabrication-enveloppes-paille

  • Cartoparis, pour sa part, habitué des XIXème et XXème arrondissements de Paris, s’est intéressé au funiculaire de Belleville

Cartoparis 1356357008-CP-photo-funiculaire-au-terminus-e-glise-de-belleville

Cartoparis Paris 538 Rue Belleville

Titus02 1356280174-Epicerie-tabac-mercerie-A-Objois-03

  • Ainsi qu’une vue des Etablissements Braun, spécialistes des produits de graissage

Titus02 1355940195-Raoul-Braun-14-Bd-Gambetta-Saint-Quentin-inte-rieur-

  • Tourisme industriel également avec Lamarck31 au Creusot

lamarck31 1358272106-le-creusot-OBN-acieries-martin

lamarck31 1358102027-paris-jdp-OBN-kunzli-kiosque

  • Mamanrenée nous rappelle que les inondations de 1910 touchaient aussi la banlieue parisienne : Asnières par exemple.

mamanrenee 1357678465-Top-002

  • Le Panousien nous présente une jolie réunion de dentelières à Langogne (48)

Le Panousien 1358623622-48-109-CP-Rama

  • Souhaitons qu’il nous apporte beaucoup de cartes de ce département de la Lozère, peu représenté sur le site !
  • Alcyon53 quant à lui, nous montre la Garde Républicaine dans sa caserne

Alcyon53 1358637059-GR-Reconnaissance-officiers

alcyon53 1349296177-Marcigny-lavoir

Grossier 1354807211-La-Rue-Saint-Pierre-Entree-du-Pays

Cartes

  • Pendant fort longtemps, le nombre de cartes de la collection était calculé à partir d’un fichier dans lequel chaque carte était saisie, au fur et à mesure des entrées dans la collection. L’avantage était de connaître à tout instant le nombre de cartes par simple lecture du numéro de la dernière ligne du fichier. Mais le système avait deux inconvénients :
    – en premier lieu, la tenue de ce fichier, assez facile au début de la vie du site, lorsque chaque jour ne voyait arriver que quelques cartes, est vite devenue extrêmement lourde lorsque le nombre de cartes a augmenté.
    – en second lieu, à l’époque ou chacun pouvait éditer – et donc éventuellement supprimer – ses posts, un certain nombre de cartes ont pu disparaître sans que nous le sachions, ce qui fait que le fichier n’était plus représentatif de la collection.
  • Lorsque Michel a réaménagé la page d’accueil du Forum, on a vu apparaître en haut de page l’annonce globale de la collection, avec le nombre de sujets, et le nombre de messages, donc à peu de choses près, de cartes :

Nombre

  • Chacun peut donc, à tout moment, connaître le nombre de cartes dans la collection, et par suite, la tenue du fichier est définitivement abandonnée.

Travaux

  • Le Fichier des cartes TOUT PARIS, que Jean-Pierre Rigouard nous avait offert il y a quelques mois, se développe au fil des semaines. Ce sont en effet 966 références qui ont été ajoutées, portant le total à 3953 : les 4000 sont en vue ! Plus de la moitié de ces références (2284 exactement) ont été  » identifiées  » ou  » validées « , (je ne sais pas quel est le mot juste !) c’est-à-dire que l’on a pu vérifier ou corriger l’exactitude de la légende, et indiquer la couleur (rouge ou noire) de cette légende, ainsi que la présence ou non du blason de Paris et/ou du trèfle.
    Cela a permis de mettre en évidence les curiosités de F. Fleury, comme par exemple un même cliché présent sur plusieurs cartes avec des légendes dont la couleur, et parfois le texte, diffèrent.
  • Le Fichier des cartes des Comptoirs Parisiens, basé sur les données fournies par Jean-Pierre Rigouard, et fortement complété avec celles de Cartoparis, compte maintenant 730 références. 68 cartes, présentes dans la collection de CPArama sont directement accessibles à partir du fichier grâce aux liens mis en place.
  • Le Fichier des cartes du Métro, lorsqu’il avait été offert par Bernard (Vaugirard12), comptait 4059 références. Il en compte aujourd’hui 4366, et là encore, des liens mis en place permettent l’accès direct aux 1157 cartes de la collection.

Communes

  • Le Fichier des communes (ou plutôt des lieux) représentés dans la collection de CPArama continue de progresser. De 6222 communes présentes à la fin de l’année 2012, on est passé, au 24 janvier 2013 à 6361, soit près de 140 communes ajoutées en 2013.
    Il n’est pas possible, bien entendu, de détailler quels départements sont concernés, et qui a contribué pour chacun d’eux, cependant il faut saluer le travail accompli par l’ami R@koto qui, inlassablement ajoute de nouvelles communes à la liste. Un seul exemple : le département de la Sarthe, dans lequel il a créé 51 communes en janvier 2013 !
    Merci à lui pour ce travail !
  • Ci-dessous, le tableau des 20 premiers départements, classés par nombre de communes représentées :

Communes

Lepic

  • Haut-lieu Montmartrois s’il en fut, la Rue Lepic, avec sa pente si raide, ses méandres, ses cabarets, ses hôtes illustres, son pittoresque marché et sa vue sur les Moulins de la Butte a été racontée, dessinée, peinte et même chantée !  Voici donc, sans prétention aucune, quelques images de cette célèbre rue, juste pour vous donner envie d’en savoir un peu plus … et d’y aller faire un tour !

     ***

  • Un article, paru dans le Monde Illustré du 17 septembre 1938 présente ainsi la Rue Lepic :

« Chose assez curieuse, de toutes les voies de la Butte, celle où l’on a le plus de chances de rencontrer des Montmartrois illustres, ou qui plus simplement tinrent une place honorable dans l’ancienne phalange qui chaque jour s’amenuise, c’est la Rue Lepic, dans la partie rectiligne qui va du Boulevard de Clichy à la Rue des Abbesses. Et presque uniquement dans la matinée. La Rue Lepic fut toujours nourricière : les restaurants « des Artistes » et de « La Vache Enragée », autant que ceux qui avoisinaient la Place Pigalle et la Place Blanche, ont été des rendez-vous célèbres de peintres, de poètes, de chansonniers. Leur souvenir subsiste.  Et il y a le marché, le pittoresque marché de la Rue Lepic, qui par un phénomène inexplicable est le plus coloré, mieux : le plus colorié des marchés de Paris. Nulle part les éventaires des petites voitures avec leurs fruits, leurs légumes, leurs poissons et leurs fleurs n’atteignent un pareil degré de chatoiement. Et quelle cordialité ! Tout le monde s’y connait, acheteurs et marchands. Nous avons vu ceci, l’autre jour : un ancien ténor de l’Opéra, retiré du théâtre, et petit rentier, s’arrête devant un amoncellement de melons qui le tentent. Il veut en choisir un. Mais la marchande lui retire des mains celui qu’il soupèse.
« Non, celui-là, pas pour toi. Tiens, en voilà un, sens-moi ça ! » Le ténor jette un coup d’oeil à la pancarte : huit francs. « T’en fais pas, ajoute la bonne femme ; prends-le et aboule-moi une thune ! »

Ombellule 1355835247-Paris-Rue-Lepic

  • Bien sur, le Marché de la Rue Lepic n’est plus ce qu’il était ! Les marchandes des quatre saisons et leurs petites voitures ont disparu, et Danielle (Ombellule) nous dit que le marché devient un peu  » bobo  » !

Lepic ou Willette ?

  • En 1860, au moment de l’annexion des communes périphériques à Paris, la Rue Lepic, qui dépendait alors de la commune de Montmartre, portait le nom de Rue de l’Empereur, qui lui avait été donné en 1852. C’est seulement en 1864 qu’elle prit son nom actuel.
    En 1929, la Commission du Vieux Paris est saisie d’une demande de changement de nom pour la Rue Lepic, que certains voudraient renommer Rue Willette, en hommage à l’artiste montmartrois, peintre, illustrateur et caricaturiste. Le rapporteur Vincent Perrot se lance alors dans une vibrante plaidoirie visant à convaincre la Commission de refuser ce changement de nom :

Cht de nom 2

Quelques lieux remarquables de la Rue Lepic

  • Au N° 42, le restaurant La Pomponnette, qui a hébergé l’Oeuvre des Petits Poulbots, créée par Francisque Poulbot.

Pomponnette 1

  • Au N° 15, le Café des 2 Moulins, rendu célèbre par le film  » Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain « .

1329661809-Paris-Rue-Lepic

  • Le Café des Artistes, au N° 11.

Coconnier

Les célébrités de la Rue Lepic

  • Bien évidemment, la Rue Lepic a logé quelques célébrités ! Le peintre Van Gogh habita au N° 54, et peignit une toile représentant la vue depuis sa fenêtre.

Van Gogh

  • Le poète Jehan Rictus, de son vrai nom Gabriel Randon, qui habitait au N° 50, est célèbre pour ses poèmes en langage ‘ populaire  » … Voici l’un de ses pèmes (de circonstance !) : l’Hiver.

jehan-rictus

  • Autre habitant fameux de la Rue Lepic : un compositeur de chansons cette fois, Jean-Baptiste Clément, dont, pour terminer, voici  » Le Temps des Cerises  » !


Un grand merci à Danielle (Ombellule), qui, outre la plupart des documents concernant la Rue Lepic, m’a donné de précieux conseils pour rédiger cet article.
Il y aurait encore beaucoup de choses à raconter à propos de cette Rue Lepic, comme par exemple le pari gagné par Louis Renault un soir de Noël 1898, pour avoir grimpé la Rue Lepic avec une petite voiturette … ou bien sur l’histoire dees Moulins, mais tout cela est une autre histoire !

 

Dominique