Histoire des lignes des autobus parisiens

Modérateur : droopyjm

Répondre
Avatar du membre
agoronca
500+
500+
Messages : 769
Enregistré le : sam. 7 juil. 2012 10:11

Re: Histoire des lignes des autobus parisiens

Message par agoronca » mer. 13 févr. 2019 22:11

Ligne AM (Montmartre – Saint Germain des Près, crée en 1906). Le P2 de la firme Brillié-Schneider est construit à 151 exemplaires et les premiers sont engagés sur la ligne AM dès le 11 juin 1906. Ici l’autobus se trouve à la station de Montmartre, près la Mairie du 18ème (voir le plan officiel de la CGO). Il faut noter les affiches en arrière : a) l’exposition coloniale du 1906 qui se tint au jardin tropical dans le Bois de Vincennes avec deux millions de visiteurs qui défilèrent devant les villages reconstitués ; b) le nouveau collège de Pontoise inauguré le 24 mai 1903 ; c) les Grands Magasins Dufayel qui sont un ancien grand magasin parisien tourné vers les classes populaires, ouvert en 1856, boulevard Barbès sous l'appellation « Palais de la Nouveauté » ; d) le Cirque Medrano : Gerónimo Medrano, ou Jérôme Medrano, est un clown et artiste de cirque, né à Madrid en 1849 et mort à Paris en 1912, qui en 1897 a renouvelé le comique des clowns et fondé le Cirque Medrano, en reprenant l'ancien Cirque Fernando, 63 boulevard de Rochechouart à Paris. La carte 792 est publiée par G.C.A., le cliché vient d’une photo prise entre le 11 juin et le 9 octobre 1906, jour dans lequel la carte a été envoyée.

Image
Image
Classement : 27.78%
 

Avatar du membre
agoronca
500+
500+
Messages : 769
Enregistré le : sam. 7 juil. 2012 10:11

Re: Histoire des lignes des autobus parisiens

Message par agoronca » ven. 15 févr. 2019 19:02

Ligne J (Montmartre Rue du Poteau – Place Saint Michel, crée en 1906). Un autre des premiers autobus Brillié-Schneider P2 en Rue Saint Denis, près du siège social de l’entreprise « E.Bruyer et ses fils » qui produisait une « bière supérieure” pasteurisée, nourrice, non alcoolisée, une bière “Idéal-Munich”, bière brune, et la “Idéal-Pilsen”, bière blonde. Dans la carte en bas, le bon de commande. La carte de la série « les autobus de Paris » est publiée par la société « Automobiles Eugène Brillié », 60 Boulevard Pereire, construits dans le ateliers Schneider & Cie de Le Havre.

Image
Image
Classement : 27.78%
 

Avatar du membre
agoronca
500+
500+
Messages : 769
Enregistré le : sam. 7 juil. 2012 10:11

Re: Histoire des lignes des autobus parisiens

Message par agoronca » dim. 17 févr. 2019 17:36

Ligne AM (Montmartre – Saint Germain des Près, crée en 1906). Encore un autobus Brillié-Schneider P2, ici en Place de l’Opéra. À droite de la photo le panneau d’un épicier avec la publicité du jambons italiens de Parme exportés par la société Ferrari depuis 1860. Dans le même palais, au premier étage, le panneau de la société d’habillement D. Solovich & H. Sinmoyse. La carte numéro 1520 est publiée par Neurdein et a été envoyée le 29 septembre 1909 à monsieur Delaison qui habite à Grasse.

Image
Classement : 27.78%
 

Avatar du membre
agoronca
500+
500+
Messages : 769
Enregistré le : sam. 7 juil. 2012 10:11

Re: Histoire des lignes des autobus parisiens

Message par agoronca » mar. 19 févr. 2019 22:39

Ligne 21 (Pantin – Opéra, crée en 1933). Un autobus Renault TN6 C2 « type Paris » construit en 160 exemplaires en 1934. La carte est signée par Albert Monier, célèbre pour ses cartes postales artistiques en noir et blanc de Paris. Photographe de renom, il édita de nombreuses cartes postales et dès 1963 des posters, une première alors en France. La carte a été envoyée en 1963 à la boucherie de Rue Saint Anne à Pontarlier.

Image
Classement : 22.22%
 

Avatar du membre
agoronca
500+
500+
Messages : 769
Enregistré le : sam. 7 juil. 2012 10:11

Re: Histoire des lignes des autobus parisiens

Message par agoronca » jeu. 21 févr. 2019 16:56

Ligne F (Porte d’Asnières – Bastille, crée en 1912) et ligne AI (Gare Saint Lazare – Place Saint Michel, crée en 1911). Il y avait beaucoup du monde ce jour là, en face de l’Opéra, quand deux autobus Schneider H (lignes AI et F) essaient de s’ouvrir le chemin au milieu de la foule. Cette carte numéro 88, virée dans un excessif couleur sépia, a été publiée par les éditions d’Art « Patras » dans la série « Les belles choses de France – The beautiful things of France ».

Image
Classement : 16.67%
 

Avatar du membre
agoronca
500+
500+
Messages : 769
Enregistré le : sam. 7 juil. 2012 10:11

Re: Histoire des lignes des autobus parisiens

Message par agoronca » sam. 23 févr. 2019 15:56

Les premiers omnibus à cheval en face du palais de l’Opéra confondu avec la Gare Saint Lazare!!! La première ligne d’autobus qui arrivera en Place de l’Opéra sera la ligne AM (Montmartre – Saint Germaine des Près), crée en 1906. Le 5 janvier 1875 a été inauguré le nouvel Opéra. Le Palais de Charles Garnier devient la pièce maîtresse du nouveau Paris haussmannien. Sur l’avenue qui mène à l’entrée principale, aucun arbre n’a été planté : les passants peuvent admirer sans entrave cette façade qui aurait dû devenir le symbole éclatant du pouvoir impérial. Les airs de « La Juive » sont les premiers à retentir dans l’enceinte de ce nouveau temple de l’art lyrique. L’éditeur de la carte est Staerck

Image
Classement : 11.11%
 

Avatar du membre
agoronca
500+
500+
Messages : 769
Enregistré le : sam. 7 juil. 2012 10:11

Re: Histoire des lignes des autobus parisiens

Message par agoronca » dim. 24 févr. 2019 22:22

Ligne AE (Parc Montsouris – Opéra, crée en 1912) et Ligne AM (Montmartre – Saint Germain des Près, crée en 1906). Des autobus Schneider H roulent dans la Place de l’Opéra. Sur le palais à droite, on peut noter la tente de l’orfèvrerie Charles Clerc. L’histoire de cette bijouterie cache un énigme: Le Figaro du 5 juin 1907 parle du “vol de bijoux de la Place de l’Opéra”. L’auteur du vol se révèle un jeune de dix-huit ans qui s’appelle Paul Clerc, c’est à dire le fils du propriétaire de l‘orfèvrerie !!! Pourquoi ce vol ? Le jeune Paul a avoué le vol mais il a refusé de faire connaître ce qu’il avait fait des bijoux ! Carte publiée par A.Leconte.

Image
Image
Classement : 22.22%
 

Avatar du membre
agoronca
500+
500+
Messages : 769
Enregistré le : sam. 7 juil. 2012 10:11

Re: Histoire des lignes des autobus parisiens

Message par agoronca » lun. 25 févr. 2019 23:56

Ligne F (Porte d’Asnières- Bastille, crée en 1912). Les autobus Schneider H en Place de l’Opéra. La carte 161 est publiée par les éditions d’Art Yvon (Paris, 14, Rue de Bretagne) dans la série « Paris... en flanant » et envoyée le 17 novembre 1931 à monsieur Robert (Verdun, Rue Chaussée). C’est l’année de l’Exposition Coloniale de Paris. À noter, à gauche en face du Café de la Paix, deux voitures à cheval de l’entreprise Ondulium, une fabrique de carton ondulé et de boîtes d'emballage qui avait le siège à Vitry. Le Café de la Paix a ouvert ses portes en 1862. Il était alors le café restaurant du Grand Hôtel de la Paix. En 1896, y sont organisées des projections cinématographiques. Le premier septembre 1897 la concession du café est cédée à Arthur Millon qui prendra ensuite le contrôle de son bailleur avant d'être à l'origine d'un des plus grands groupes d'hôtellerie parisiens. À sa mort en 1913, il lègue son empire à son fils André puis suite aux querelles sur la succession de ce dernier, le groupe est revendu en 1972. La salle du café de la Paix avec son décor, ainsi que plusieurs éléments de l'hôtel qui l'abrite, ont été inscrits aux monuments historiques par un arrêté du 22 août 1975.

Image
Image
Classement : 22.22%
 

Avatar du membre
agoronca
500+
500+
Messages : 769
Enregistré le : sam. 7 juil. 2012 10:11

Re: Histoire des lignes des autobus parisiens

Message par agoronca » mar. 26 févr. 2019 23:08

Ligne F (Porte d’Asnières- Bastille, crée en 1912) et Ligne P (Père Lachaise – Gare Saint Lazare, crée en 1912). Encore des autobus Schneider H sur la Place de l’Opéra qui roulent sur la ligne F/P : les deux lignes ont été crées la même année, c’est à dire le 1912, et coïncident largement : c'est pour cette raison que la plaque antérieure et postérieure indique F/P. Le même autobus est évidemment utilisé sur les deux lignes. Plusieurs lignes se croisent sur la place et le plan officiel du 1914 de la CGO montre cette traversée compliquée. La carte 115 est publiée par Leconte A. (pour Leconte André), éditeur à Paris (38 rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie), à partir de 1928, sous les marques "A. L." puis "Guy" (Collection Notre Beau Paris).

Image
Image
Classement : 11.11%
 

Avatar du membre
agoronca
500+
500+
Messages : 769
Enregistré le : sam. 7 juil. 2012 10:11

Re: Histoire des lignes des autobus parisiens

Message par agoronca » mer. 27 févr. 2019 23:43

Ligne AM (Montmartre – Saint Germain des Près, crée en 1906). Un autobus Brillié-Schneider P2 roule en face du Grand Hôtel du Louvre, vu de l’Avenue de l’Opéra, qui a été voulu par l’empereur Napoléon III en 1855. Le psychanalyste Sigmund Freud séjourna ici en 1910 mais l’hôtel inspira également Arthur Conan Doyle qui y fit séjourner un personnage dans une aventure de Sherlock Holmes ; dans le hall une plaque posée à l'initiative de la Société Sherlock Holmes de France, y fait référence. La carte a été envoyée le 20 août 1913 et publiée par B. F. (Berthaud Frères, je suppose) c’est un éditeur parisien qui a réalisé notamment des cartes sur l'inondation de 1910.

Image
Classement : 11.11%
 

Avatar du membre
agoronca
500+
500+
Messages : 769
Enregistré le : sam. 7 juil. 2012 10:11

Re: Histoire des lignes des autobus parisiens

Message par agoronca » ven. 1 mars 2019 19:57

Un autobus TN4 « dirigeable » avec le gaz de ville sur le toit. L'armée américaine réquisitionnera  de nombreux autobus pendant l'occupation . Ils seront aussi largement utilisés pour le ravitaillement des zones sinistrées ou bien transformés par la Croix Rouge pour permettre de rapatrier rapidement les prisonniers blessés , déportés ou réfugiés . Quelques temps après l'armistice, on parviendra à en rapatrier et en remettre en état que 1212 autobus, les autres seront considérés comme perdus !!! Mais que faire de tous ces autobus? La STCRP ne disposait pas ni de carburant ternaire , ni de gasoil en quantité suffisante pour faire circuler tous ses autobus . Elle se trouve obligée de rechercher des solutions de remplacement. Il faut absolument faire vite car le problèmes des transports publics, surtout en banlieue, se pose avec acuité. Les solutions se tourneront en un premier temps  vers l'utilisation  du gaz de ville non comprimé et est essentiellement aux portes de Paris que l'on rencontre des autobus à gaz . Ils circuleront surtout sur les lignes  extra-muros reliant la capitale à sa banlieue . Seulement 7 lignes équipés d'autobus fonctionnant au gaz de ville circuleront à Paris. La carte 34 «  Paris – Le Dôme des Invalides » est publiée par l’éditeur Greff (12, Passage Montgallet, Paris).

Image
Classement : 16.67%
 

Avatar du membre
agoronca
500+
500+
Messages : 769
Enregistré le : sam. 7 juil. 2012 10:11

Re: Histoire des lignes des autobus parisiens

Message par agoronca » sam. 2 mars 2019 21:52

Ligne AI (Gare Saint Lazare – Place Saint Michel, crée en 1911). Plusieurs autobus Schneider H roulent sur la Place de l’Opéra, en premier plan celui de la ligne AI. Sur le palais à droite on peut noter la siège de la Société Laitière Maggi. En France, face aux insuffisances des procédés de conservation du lait et à l’insuccès de la poudre et du lait concentré, Jules Maggi se propose de répondre à la demande parisienne par la collecte et la distribution d’un produit contrôlé et sûr. À cet effet, il crée en 1902 la Société laitière Maggi (SLM), dont le nombre de points de vente dans Paris passe de 8 en 1903 à 250 en 1906 et 842 en 1914, alimentés par de nombreux dépôts ouverts autour du bassin laitier parisien. La carte 258 est publiée par C.M et envoyée le 18 août 1923.

Image
Classement : 22.22%
 

Avatar du membre
agoronca
500+
500+
Messages : 769
Enregistré le : sam. 7 juil. 2012 10:11

Re: Histoire des lignes des autobus parisiens

Message par agoronca » lun. 4 mars 2019 19:45

Encore des autobus Schneider H sur la Place de l’Opéra en 1929. C’est l’année dans laquelle l’ancien danseur des Ballets russes de Diaghilev, Serge Lifar, est invité à créer un ballet pour l’Opéra : « Les Créatures de Prométhée », sur la musique de Beethoven. L’année suivante, il devient Maître de Ballet et prend les rênes de la Compagnie à laquelle il consacrera plus de trente années de sa vie. Il crée une classe d’adage, qui permet aux danseurs de n’être plus les simples faire-valoir des ballerines, et développe son style néoclassique qui imprégnera Roland Petit et Maurice Béjart. L’éditeur de la carte est anonyme.

Image
Classement : 16.67%
 

Avatar du membre
agoronca
500+
500+
Messages : 769
Enregistré le : sam. 7 juil. 2012 10:11

Re: Histoire des lignes des autobus parisiens

Message par agoronca » mar. 5 mars 2019 16:30

Cette carte, très similaire à la précédente, a été publiée par l’éditeur Braun dans la série « vues de Paris » (carte n°18) et a été envoyée le 2 décembre 1927 par Alice à Monsieur Jalabert qui habitait à la Maison Blanchard à Chazelles (Loire). À gauche de l’Opéra le Grand Hotel : dès son ouverture officielle le 30 juin 1862, l’établissement devient rapidement un carrefour de la vie artistique, en accueillant comédiens, musiciens, écrivains, peintres et représentants des courants créatifs les plus novateurs de l’époque. Victor Hugo y organise des banquets et Émile Zola y situe la mort de Nana, son héroïne, dans une chambre du quatrième étage. Son célèbre café de la Paix accueille certaines des premières projections du cinématographe et devint le quartier général des plus grands hommes de plume : Maupassant, Oscar Wilde, Marcel Proust. Mais en parlant de Zola, je dois admettre d’aimer beaucoup « Nana » et je me souviens en particulier la description de la chambre du Grand Hotel après la morte de la protagoniste : « au quatrième étage, la chambre coûtait douze francs par jour, Rose ayant voulu quelque chose de convenable, sans luxe cependant, car on n’a pas besoin de luxe pour souffrir. Tendue de cretonne Louis XIII à grosses fleurs, la chambre avait le mobilier d’acajou de tous les hôtels, avec un tapis rouge semé d’un feuillage noir. Un lourd silence régnait, coupé d’un chuchotement, lorsque des voix s’élevèrent dans le corridor ».

Image
Classement : 22.22%
 

Avatar du membre
agoronca
500+
500+
Messages : 769
Enregistré le : sam. 7 juil. 2012 10:11

Re: Histoire des lignes des autobus parisiens

Message par agoronca » mer. 6 mars 2019 23:42

Ligne E (Madeleine -Bastille, crée en 1912). Un des premiers omnibus à cheval traverse la Place de l’Opéra sur la ligne E qui deviendra ligne d’autobus en 1912. Pour parler de Zola, je trouve intéressant la description qu’il fait dans les Lettres de Paris (7 janvier 1875), l’éblouissement qu’il ressentait devant les décors luxueux de l’Opéra: « (...) les diamants ruisselaient, des buissons de fleurs s'épanouissaient, un luxe écrasant s'étalait à tous les étages de loges (...) Seule l'installation des musiciens laisse un peu à désirer : l'orchestre est un peu sourd». À l’Opéra, le spectacle était moins sur scène que dans la salle ou dans l’escalier d’honneur. Beaucoup n'écoutaient d’ailleurs pas l’opéra qui s’y donnait. Le but était de se montrer, ou au contraire de tirer les rideaux des loges pour converser. La salle n'était pas non plus dans le noir, sans doute à cause de la difficulté à éteindre tous les becs de gaz. Le plus prestigieux spectacle était donc dans l'escalier. Zola donna d’ailleurs une description significative de l’inauguration de l’Opéra en 1875 :« La sortie a été splendide. Rien n'est beau décidément comme l'escalier d'honneur de l'Opéra, lorsqu'il est plein de femmes parées qui descendent lentement au milieu des lumières et les glaces». (Lettres de Paris, 7 janvier 1875). Cette carte numéro 10 est publiée par Neurdein.

Image
Classement : 16.67%
 

Avatar du membre
agoronca
500+
500+
Messages : 769
Enregistré le : sam. 7 juil. 2012 10:11

Re: Histoire des lignes des autobus parisiens

Message par agoronca » jeu. 7 mars 2019 16:32

Ligne AM (Montmartre – Saint Germain de Près, crée en 1906). Un omnibus à cheval traverse place André Malraux qui a été aménagée, sous le nom de « place du Théâtre-Français », dans le cadre du percement de l'avenue de l'Opéra, dans les années 1860. Son ouverture a entraîné la disparition de la cour de la Brasserie, de la rue des Boucheries-Saint-Honoré et de la rue du Rempart, ainsi que d'un certain nombre des maisons des rues de Richelieu et Saint-Honoré. La place est renommée aussi pour les représentations de Camille Pissarro. En 1906 les omnibus à cheval seront substitués par les premiers autobus Brillié-Schneider P2 de la ligne AM. La carte 655 est publiée par L.V : & Cie (Aqua Photo) et envoyée le 25 avril 1908 à monsieur Gonde Philibert qui habitait 14 route de La Châtre, Chateauroux.

Image
Classement : 16.67%
 

Avatar du membre
agoronca
500+
500+
Messages : 769
Enregistré le : sam. 7 juil. 2012 10:11

Re: Histoire des lignes des autobus parisiens

Message par agoronca » sam. 9 mars 2019 00:04

Ligne M (Buttes Chaumont – Palais Royal, crée en 1912). Les autobus Schneider PB2 de la ligne M, au départ de la station du Palais Royal (en bas dans le Plan Officiel du 1914), roulent en face de Comédie Française et se dirigent vers l’Avenue de l’Opéra. On peut noter devant le palais de la Comédie la statue à Alfred De Musset. Le monument s’inspire du poème La nuit de Mai paru en 1835. Les nuits de Musset relatent un dialogue entre la Poésie, incarnée par la figure de la Muse, et le poète, créateur accablé par ses souffrances. Inauguré le 23 février 1906, le monument fut érigé à l’angle de la Comédie française. C’est la sœur du poète, Mme Lardin de Musset, qui avait réussi à obtenir cet emplacement, non sans donner lieu à de nombreuses critiques. Enlevée en 1964, l’œuvre est finalement installée au parc Monceau en 1981. Un second monument consacré à Alfred de Musset, Le rêve du poète, œuvre du sculpteur Alphonse de Moncel, se trouve près du Grand Palais, place du Canada. Cette carte numéro 1506 est publiée par un éditeur anonyme et envoyée le 15 janvier 1915 par le lieutenant Lafaurie (144ème regt. Infantrie) à son ami monsieur Laxalle (chaussures) qui se trouve à l’hôpital militaire de Saint Jean (Lot).

Image
Image
Classement : 22.22%
 

Avatar du membre
agoronca
500+
500+
Messages : 769
Enregistré le : sam. 7 juil. 2012 10:11

Re: Histoire des lignes des autobus parisiens

Message par agoronca » dim. 10 mars 2019 14:49

Ligne AM (Montmartre – Saint Germaine des Près, crée en 1906). Un autobus Schneider P3 roule dans l’Avenue de l’Opéra. Camille Pissarro, installé au Grand Hôtel du Louvre entre 1897 et 1899, peint plusieurs paysages montrant l'avenue de l'Opéra, la place du Théâtre-Français et l'entrée de la rue Saint-Honoré. Dans une lettre du 15 décembre 1897 il avait écrit : « J'oublie de t'annoncer que j'ai trouvé une chambre au Grand Hôtel du Louvre avec une vue superbe de l'avenue de l'Opéra et du coin de la place du Palais-Royal ! C'est très beau à faire ! Ce n'est peut-être pas très esthétique, mais je suis enchanté de pouvoir essayer de faire ces rues de Paris que l'on a l'habitude de dire laides, mais qui sont si argentées, si lumineuses et si vivantes. C'est tout différent des boulevards. C'est moderne en plein ! ». Cette carte numéro 535 a été publiée par l’éditeur M.J. (inconnu) et envoyée le 28 octobre 1915 à Marcel Claveris par son frère (138 rgt. en campagne) avec un adieu misterieux: « Adieu mon cher Marcel ».

Image
Classement : 16.67%
 

Avatar du membre
agoronca
500+
500+
Messages : 769
Enregistré le : sam. 7 juil. 2012 10:11

Re: Histoire des lignes des autobus parisiens

Message par agoronca » lun. 11 mars 2019 21:51

Des autobus Schneider PB2 sur la place de l’Opéra. Cette carte colorisée est publiée par L.L. (Levy Frères) et envoyée le 30 avril 1914 par Marie Abel à « Monsieur et Madame Lucien Geny, 10, Rue Isabey, Nancy ». Sur le palais à droite la siège de L'Écho de Paris, un quotidien français créé sous la Troisième République, publié entre 1884 et 1944, avec une orientation plutôt conservatrice et patriotique. Octave Mirbeau, un écrivain incroyable à mon avis, y a collaboré pendant les années 1880 et y a publié en feuilleton ses romans Sébastien Roch (1890), Le Journal d'une femme de chambre (1891) et Dans le ciel (1892-1893). Littérairement incorrect, il est inclassable, il fait fi des étiquettes, des théories et des écoles, et il étend à tous les genres littéraires sa contestation radicale des institutions culturelles. Il est aussi politiquement incorrect, farouchement individualiste et libertaire. Il incarne une figure d'intellectuel critique, potentiellement subversif et « irrécupérable », selon l'expression utilisée par Jean-Paul Sartre dans Les Mains sales.

Image
Classement : 22.22%
 

Avatar du membre
agoronca
500+
500+
Messages : 769
Enregistré le : sam. 7 juil. 2012 10:11

Re: Histoire des lignes des autobus parisiens

Message par agoronca » mar. 12 mars 2019 21:55

Des autobus Schneider PB2 et De Dion Bouton DA (à droite) sur la Place de l’Opéra en 1914. Alors que la France entre dans la Première Guerre mondiale, Jacques Rouché est nommé directeur de l’Opéra de Paris, qu’il dirigera durant plus de trente ans.  Cette nomination, parue au Journal officiel de novembre 1913, fait grincer bien des dents, car elle consacre l’ascension d’un parfumeur qui n’est pas du sérail et n’a que trois ans d’expérience théâtrale. Mais le nouveau venu a pour lui certains atouts : en plus d’une culture musicale plus importante que ne le laisse supposer son parcours, il possède des qualités avérées de meneur d’hommes et de gestionnaire. De surcroît, sa fortune est bien utile pour combler les déficits chroniques d’une institution assimilable à une entreprise privée. L’éditeur de cette carte est inconnu.

Image
Classement : 16.67%
 

Répondre

Retourner vers « 75 - Paris »