Le Métropolitain de Paris - Ligne 12

Règles du forum
Pensez à placer un lien vers le sujet de la carte postale ancienne d'origine. Merci.
Avatar du membre
droopyjm
Modérateur
Modérateur
Messages : 1722
Enregistré le : sam. 27 mars 2010 11:35
Localisation : Thiais (94)
Contact :

La Cie du Nord-Sud a travaillé d'arrache-pied pour livrer à l'exploitation le nouveau tronçon qui va mener la ligne "A" de Notre Dame de Lorette à Pigalle. La mise en service aura lieu le 8 Avril 1911 au prix de travaux très importants pour traverser la butte Montmartre, comme on le verra plus loin :
Saint-Georges 1.jpg
Saint-Georges 1.jpg (201.66 Kio) Vu 7190 fois
Pour l'heure nous quittons la station de ND de Lorette au moyen de deux courbes successives sur la gauche pour contourner l'église et placer le tunnel, en forte rampe, sous la rue Saint-Georges. C'est sous la place éponyme que se situe la station. La carte nous montre l'accès surmonté du panneau Nord-Sud et à première vue on distingue mal l'entrée. L'exiguïté des lieux a obligé les ingénieurs à empiéter sur le jardinet de la propriété pour installer un escalier en courbe sur la gauche. C'est l'une des stations les plus originales de la ligne, exceptée celle de Lamarck-Caulincourt. Au milieu de la place trône la statue du caricaturiste Gavarni. Cette carte provient de la collection de Jean-Pierre RIGOUARD et a déjà été présentée par Dominique en Novembre 2010.
Saint-Georges 2.jpg
Saint-Georges 2.jpg (150.92 Kio) Vu 7190 fois
L'endroit est reposant et n'a pas changé et l'environnement restitue une atmosphère provinciale. La boîte-aux-lettres et le panneau "Métropolitain" matérialisent l'entrée, là où la dame en bleu se dirige. L'hôtel particulier que l'on aperçoit derrière les grilles a appartenu à Adolphe Thiers. Détruit en 1871 et reconstruit en 1873 il fut légué à l'Institut de France avec sa bibliothèque. Le bâtiment porte de nos jours le nom de "Bibliothèque Thiers". Le cliché a été pris en Mars 2009.
Classement : 15.79%
Une fois rien, c'est rien. Deux fois rien, ce n'est pas beaucoup. Mais trois fois rien ! Pour trois fois rien, on peut acheter quelque chose. (Raymond Devos)

La Creuse Ferroviaire
Avatar du membre
droopyjm
Modérateur
Modérateur
Messages : 1722
Enregistré le : sam. 27 mars 2010 11:35
Localisation : Thiais (94)
Contact :

Restons encore quelques instants sur les lieux pour découvrir l'autre côté de cette charmante place :
Saint-Georges 3.jpg
Saint-Georges 3.jpg (169.76 Kio) Vu 7184 fois
Le décor peut paraître anodin. Il a pourtant l'avantage de montrer l'emplacement de l'accès secondaire de la station. Il se situe là où le muret s'interromps pour laisser place à l'escalier en courbe sur la gauche. A gauche de l'entrée on découvre un panneau qu'il est difficile de déchiffrer. Faut-il lire "Nord-Sud" ? Non si l'on considère que les accès secondaires ne sont jamais signalés. On envie les passagers du bus et les piétons qui ont pu lire ce panneau !
Saint-Georges 4.jpg
Saint-Georges 4.jpg (174.18 Kio) Vu 7184 fois
L'ombre et la lumière de Novembre 2010, quand a été pris ce cliché, ne font pas bon ménage. C'est l'acquisition tardive de cette carte qui en est la cause. Qui plus est le stationnement des voitures masque totalement l'accès. Qu'à cela ne tienne vous pourrez le découvrir à la page suivante. En attendant , pour paraphraser le sketch "le télégramme" joué par Yves Montant et Simone Signoret, "la statue est toujours à la même place, Eugène Sue me regarde", non pardon, Paul Gavarni nous regarde.
Classement : 5.26%
Une fois rien, c'est rien. Deux fois rien, ce n'est pas beaucoup. Mais trois fois rien ! Pour trois fois rien, on peut acheter quelque chose. (Raymond Devos)

La Creuse Ferroviaire
Avatar du membre
droopyjm
Modérateur
Modérateur
Messages : 1722
Enregistré le : sam. 27 mars 2010 11:35
Localisation : Thiais (94)
Contact :

Une 3ème vue ancienne de la place va nous en apprendre un peu plus sur le rond-point :
Saint-Georges 5.jpg
Saint-Georges 5.jpg (181.35 Kio) Vu 7176 fois
Avant que ne fut érigée la statue de Paul Gavarni en 1911 au moment de la construction de la ligne "A" le centre de la place était occupé par une fontaine comme le montre cette carte. On dit que la fontaine a été tarie en raison des travaux de construction du métro. Elle permettait aux chevaux de s'abreuver et de faire une pause durant la montée de la rue Notre Dame de Lorette. Aujourd'hui de l'eau coule sous la statue de Gavarni, mais ce n'est plus de l'eau de source. La présentation de cette vue est certes historique, mais c'est surtout le prétexte de montrer la vue contemporaine de l'accès secondaire.
Saint-Georges 6.jpg
Saint-Georges 6.jpg (198.36 Kio) Vu 7176 fois
Rien de l'extérieur ne permet de repérer cet accès si discret, à moins d'avoir choisi cette sortie sur le quai de la station en direction de la Porte de la Chapelle. Munis de tickets ou de son Pass Navigo on peut l'emprunter. L'ensemble s'insère dans la cadre de l'immeuble et s'intègre parfaitement entre les grilles. Plus de mur d'échiffre le tout ayant été remplacé par des carreaux blancs. Le cliché a été pris en Mars 2009.
Classement : 15.79%
Une fois rien, c'est rien. Deux fois rien, ce n'est pas beaucoup. Mais trois fois rien ! Pour trois fois rien, on peut acheter quelque chose. (Raymond Devos)

La Creuse Ferroviaire
Avatar du membre
droopyjm
Modérateur
Modérateur
Messages : 1722
Enregistré le : sam. 27 mars 2010 11:35
Localisation : Thiais (94)
Contact :

Une dernière pause sur les lieux pour découvrir deux particularités de la ligne "A" et de la station elle-même :
Saint-Georges 7.jpg
Saint-Georges 7.jpg (68.04 Kio) Vu 7164 fois
Excepté la ligne 11, les ingénieurs du Nord-Sud expérimentèrent la construction du tunnel en tréfonds d'immeubles pour traverser la butte Montmartre. Au prix de fortes rampes de 35 à 40 pour mille. La conséquence fut la grande profondeur des stations Abbesses et Lamarck-Caulincourt. On voit bien le parcours de la ligne depuis Saint-Georges jusqu'à Jules-Joffrin. C'est le parcours qui vous sera proposé en quittant la station Saint-Georges. Ce document m'a été fourni par Julian Pepinster.
Saint-Georges 8.jpg
Saint-Georges 8.jpg (142.32 Kio) Vu 7164 fois
L'autre particularité de la station, comme le montre le cliché ci-dessus, réside dans le fait que, depuis la salle des billets, on peut apercevoir la lumière du jour (l'escalier d'accès à gauche) et le quai (celui en direction de Mairie d'Issy). C'est probablement la seule situation de toutes les stations du métro parisien. Derrière le péage du milieu on aperçoit le couloir qui, sous les voies, dessert le quai en direction de Porte de la Chapelle. Le cliché a été pris en Novembre 2010.
Classement : 10.53%
Une fois rien, c'est rien. Deux fois rien, ce n'est pas beaucoup. Mais trois fois rien ! Pour trois fois rien, on peut acheter quelque chose. (Raymond Devos)

La Creuse Ferroviaire
Avatar du membre
droopyjm
Modérateur
Modérateur
Messages : 1722
Enregistré le : sam. 27 mars 2010 11:35
Localisation : Thiais (94)
Contact :

Ah j'oubliais, il y a quelque chose qui cloche sur les quais :
Saint-Georges 9.jpg
Saint-Georges 9.jpg (88.4 Kio) Vu 7153 fois
Sur ce cliché pris en Mars 1981 par le photographe Charles ARDAILLON de la RATP le nom de la station apparait encore en grands carreaux de faïence et en petits au dessus des panneaux d'affichage. Somme toute le décor gardait son appartenance et sa singularité au Nord-Sud, 50 ans plus tard.
Saint-Georges 10.jpg
Saint-Georges 10.jpg (152.82 Kio) Vu 7153 fois
Que dire de cette rénovation entreprise en 2003 qui n'a plus rien à voir avec la décoration originale. Le nom de la station s'affiche en petits carreaux, entouré d'une frise de couleur verte, qui, au Nord-Sud était réservée aux stations de correspondance. La frise marron aurait été logique pour une station de passage. Quant aux panneaux d'affichage ils ont été repris à la taille standard des autres stations. Du coup le nom de la station en petits carreaux a disparu. C'est dommage. Heureusement des associations oeuvrent maintenant en coulisses, en partenariat avec la RATP, pour décider des rénovations conformes à l'esprit Nord-Sud. Le cliché a été pris en Novembre 2010.
Classement : 10.53%
Une fois rien, c'est rien. Deux fois rien, ce n'est pas beaucoup. Mais trois fois rien ! Pour trois fois rien, on peut acheter quelque chose. (Raymond Devos)

La Creuse Ferroviaire
Avatar du membre
droopyjm
Modérateur
Modérateur
Messages : 1722
Enregistré le : sam. 27 mars 2010 11:35
Localisation : Thiais (94)
Contact :

Une courbe sur la droite pour remonter la rue Henri-Monnier et Frochot et au prix de plusieurs contre-courbes, nous voici arrivés à la station Pigalle :
Pigalle 1.jpg
Pigalle 1.jpg (197.7 Kio) Vu 7149 fois
Cette carte provenant de la collection particulière de Jean-Pierre RIGOUARD a déjà été présentée par Dominique en Septembre 2008 à partir de sa propre collection. Elle montre les deux accès du Nord-Sud, le principal à gauche et le secondaire à droite. Rappelons que la Place Pigalle était déjà desservie par la ligne 2 de la CMP, en date du 7 Octobre 1902, avec la mise en service de la section "Etoile - Anvers". L'accès "Guimard" se trouve sur la droite de l'autre côté du carrefour.
Pigalle 2.jpg
Pigalle 2.jpg (174.61 Kio) Vu 7149 fois
Encore une fois la prise de vue effectuée depuis la chaussée fausse le résultat. Si l'immeuble de gauche continue à accueillir une restauration traditionnelle, celui de droite a sacrifié au règne de la restauration rapide. Quoi qu'il en soit les deux accès conservent leur appartenance au Nord-Sud, y compris les murs d'échiffre dans les descentes d'escalier. Le cliché a té pris en Mars 2009.
Modifié en dernier par droopyjm le lun. 6 déc. 2010 17:50, modifié 1 fois.
Classement : 10.53%
Une fois rien, c'est rien. Deux fois rien, ce n'est pas beaucoup. Mais trois fois rien ! Pour trois fois rien, on peut acheter quelque chose. (Raymond Devos)

La Creuse Ferroviaire
Avatar du membre
droopyjm
Modérateur
Modérateur
Messages : 1722
Enregistré le : sam. 27 mars 2010 11:35
Localisation : Thiais (94)
Contact :

Cette seconde carte, toujours en provenance de la collection particulière de Jean-Pierre RIGOUARD nous montre l'accès principal de face :
Pigalle 3.jpg
Pigalle 3.jpg (168.31 Kio) Vu 7142 fois
Les premières marches de l'escalier sont masquées, ce qui est bien dommage, car elle est animée comme les vendeurs ont l'habitude de l'annoncer sur les sites de vente aux enchères. C'est le Consulat en 1803 qui donne à Jean-Baptiste PIGALLE (1714-1785) son nom à une rue où le sculpteur avait son atelier et qui débouche sur la place. Et le métro l'honorera près d'un siècle plus tard en 1902 quand la ligne 2 atteindra la place. L'expéditeur de la carte se rappelle au bon souvenir d'un ami depuis le café voisin où ils étaient attablés.
Pigalle 4.jpg
Pigalle 4.jpg (157.31 Kio) Vu 7142 fois
Pour une fois la ville de Paris laisse la priorité aux transports en commun (bus et métro) en réduisant la chaussée aux automobilistes et en préservant le terre-plein central aux piétons. L'allumeur de réverbères n'a plus de travail, la "fée électricité" se chargeant d'allumer ce magnifique candélabre. Sous terre au niveau des quais plus rien ne rappelle le Nord-Sud puisque la station a été carrossée dans les années 1960. Une rénovation style André Motte dans les années 1970 a fait disparaitre tous les carreaux de faïence. Peut-être existe-t-il encore derrière le carrossage des trésors cachés ? Le cliché a été pris en Mars 2009.
Classement : 10.53%
Une fois rien, c'est rien. Deux fois rien, ce n'est pas beaucoup. Mais trois fois rien ! Pour trois fois rien, on peut acheter quelque chose. (Raymond Devos)

La Creuse Ferroviaire
Avatar du membre
droopyjm
Modérateur
Modérateur
Messages : 1722
Enregistré le : sam. 27 mars 2010 11:35
Localisation : Thiais (94)
Contact :

Un petit tour à 180° dans le sens des aiguilles d'une montre pour découvrir cette nouvelle carte issue de la collection de Jean-Pierre RIGOUARD :
Pigalle 5.jpg
Pigalle 5.jpg (188.29 Kio) Vu 7131 fois
On y découvre l'accès secondaire au milieu du terre-plein et la rue Jean-Baptiste PIGALLE à gauche. A quel moment de la journée le photographe a-t-il opéré car on y voit peu de monde. L'engouement pour le 7ème Art a donné naissance à ce cinéma Pigalle. On verra que durant les décennies qui vont suivre ce genre d'établissement sera remplacé par des cabarets plus ou moins artistiques qui attireront les touristes provinciaux et étrangers dans ce quartier de Paris. Le petit saut de puce qui nous a mené à Pigalle sera pour la ligne "A" le nouveau terminus jusqu'au 31 Octobre 1912 en raison des travaux très contraignants durant la traversée de la butte Montmartre.
Pigalle 6.jpg
Pigalle 6.jpg (142.78 Kio) Vu 7131 fois
La place conserve son environnement et l'immeuble en face aura abrité successivement un cinéma, un ou plusieurs cabarets, maintenant une discothèque. La vie nocturne est peut-être moins intense que le passé. La fontaine est cachée par le bus. Toutefois il reste un refrain nostalgique chanté à partir de 1944 par Georges ULMER que certains d'entre nous fredonnent encore en arrivant sur les lieux : "Un p'tit jet d'eau, un' station de métro entourée de bistrots, PIGALLE...". (Paroles et musique de Georges ULMER). Finalement l'atmosphère des lieux aura un peu occulté notre métro. Le cliché a été pris en Mars 2009.
Classement : 15.79%
Une fois rien, c'est rien. Deux fois rien, ce n'est pas beaucoup. Mais trois fois rien ! Pour trois fois rien, on peut acheter quelque chose. (Raymond Devos)

La Creuse Ferroviaire
Avatar du membre
droopyjm
Modérateur
Modérateur
Messages : 1722
Enregistré le : sam. 27 mars 2010 11:35
Localisation : Thiais (94)
Contact :

Ne quittons pas la place sans faire un clin d'oeil à la ligne 2. L'occasion nous en est fournie grâce à cette carte provenant de la collection de Jean-Pierre RIGOUARD :
Pigalle 7.jpg
Pigalle 7.jpg (214.22 Kio) Vu 7118 fois
Cette carte a déjà été présentée par Dominique en Septembre 2010. La prise de vue est antérieure à l'arrivée de la ligne "A" puisque la place est vierge de tout autre accès. A cette occasion Dominique posait la question sur l'opportunité de cette nouvelle boîte aux lettres. Aucune réponse ne lui étant parvenue il serait intéressant de visiter le "Musée de la Poste" Bld de Vaugirard à Paris. Je vais tâcher d'aller sur place pour tenter de glaner les infos qui nous manquent.
Pigalle 8.jpg
Pigalle 8.jpg (133.19 Kio) Vu 7118 fois
La carte de Jean-Pierre RIGOUARD, publiée dans son livre "Le Métro de Paris - les premières lignes" m'avait déjà donné l'occasion de prendre ce cliché en Décembre 2003. Le temps était maussade ce jour là. On y aperçoit tout juste un coin de l'accès secondaire derrière le pied de couleur blanche du mât des feux tricolores. Une boîte aux lettres "cousine" est encore en place cette fois-ci revêtue de sa décoration façon "tag" et affichage sauvage. Et maintenant rendez-vous le 31 Octobre 1912 pour rallier la prochaine station "Abbesses".
Classement : 15.79%
Une fois rien, c'est rien. Deux fois rien, ce n'est pas beaucoup. Mais trois fois rien ! Pour trois fois rien, on peut acheter quelque chose. (Raymond Devos)

La Creuse Ferroviaire
Avatar du membre
droopyjm
Modérateur
Modérateur
Messages : 1722
Enregistré le : sam. 27 mars 2010 11:35
Localisation : Thiais (94)
Contact :

Le calendrier s'est accéléré puisque nous sommes le 31 Octobre 1912 date de la mise en service de la section de Pigalle à Jules-Joffrin :
Abbesses 1.jpg
Abbesses 1.jpg (188.08 Kio) Vu 7108 fois
Outre les difficultés liées à la traversée de la butte Montmarte les ingénieurs durent consolider les assises de la station comme celle de Lamarck-Caulincourt en raison de la présence d'ancienne carrières de gypse. C'est la station la plus profonde du Métro de Paris, pas moins de 36 mètres. L'accès aux quais s'est d'abord fait par un long escalier hélicoïdal puis des ascenseurs furent installés pour le confort des usagers. La carte ci-dessus a déjà été présentée dans la Collection par Dominique en Novembre 2009. Le texte qui l'accompagne mérite qu'on le relise : c'est ici :Station Abbesses. La carte a le mérite de montrer l'accès dans une situation de mélange des genres, un peu de Nord-Sud et beaucoup de CMP. Faisons un voeu pour que le Père Noël nous sorte de sa hotte la carte de l'accès original, car elle existe sûrement.
Abbesses 2.jpg
Abbesses 2.jpg (180.56 Kio) Vu 7108 fois
L'église Saint-Jean l'Evangéliste est toujours en place. Mais force est de constater que l'accès n'a plus rien à voir avec celui d'origine ni avec celui datant des années d'après-guerre. Il est toujours difficile de prendre en photo l'accès lui-même en raison des animations permanentes sur la place, ce lieu étant au carrefour de toute les rues touristiques de la butte Montmartre. D'ailleurs quand la photo a été prise en Novembre 2010 de nombreux chalets étaient en cours de construction pour les fêtes de Noël. Lors du prochain post on verra les circonstances dans lesquelles cet accès s'est retrouvé place des Abbesses.
Classement : 5.26%
Une fois rien, c'est rien. Deux fois rien, ce n'est pas beaucoup. Mais trois fois rien ! Pour trois fois rien, on peut acheter quelque chose. (Raymond Devos)

La Creuse Ferroviaire
Avatar du membre
droopyjm
Modérateur
Modérateur
Messages : 1722
Enregistré le : sam. 27 mars 2010 11:35
Localisation : Thiais (94)
Contact :

Pour la deuxième partie de cette station atypique il m'a semblé intéressant de souligner deux aspects des quais à 67 ans d'intervalle :
Abbesses 3.jpg
Abbesses 3.jpg (107.58 Kio) Vu 7096 fois
Des gens venus du Nord de la France mais aussi de Belgique fuyant la percée des troupes allemandes en 1940 sont arrivés à Paris pensant y trouver de quoi faire une pause bien méritée. Certains de ces réfugiés sont passés par la station Abbesses le temps que les alertes anti-aériennes soient terminées. La profondeur des quais, comme ceux de Lamarck-Caulincourt, étaient naturellement destinés à servir d'abri. On ne dit pas si ces dessins ont été réalisés durant ces alertes ou peints ailleurs puis installés en mémoire de tous ces gens ayant vécu l'exode. Notons que les grands carreaux de faïence d'Abbesses ont été installés seulement 28 ans plus tôt.
Abbesses 4.jpg
Abbesses 4.jpg (165.76 Kio) Vu 7096 fois
Une fois n'est pas coutume cette photo contemporaine a été réalisée par un étranger de passage à Paris. Il a eu la bonne idée de montrer les quais de la station en Septembre 2008, un an après la campagne de rénovation entreprise par la RATP. On est à nouveau dans l'ambiance du Nord-Sud avec les grands carreaux de faïence inscrivant le nom de la station. Le résultat est magnifique. Comme évoqué déjà à la station Saint-Georges on ne retrouve pas en haut des panneaux d'affichage les petits carreaux d'Abbesses. C'est dommage. Pourtant les stations de Sèvres-Babylone et Jules-Joffrin par exemple ont bénéficié de cette faveur. Et sur le tympan du tunnel on peut encore lire la destination "Porte de la Chapelle".
Classement : 5.26%
Une fois rien, c'est rien. Deux fois rien, ce n'est pas beaucoup. Mais trois fois rien ! Pour trois fois rien, on peut acheter quelque chose. (Raymond Devos)

La Creuse Ferroviaire
Avatar du membre
droopyjm
Modérateur
Modérateur
Messages : 1722
Enregistré le : sam. 27 mars 2010 11:35
Localisation : Thiais (94)
Contact :

La station Abbesses c'est à la fois sa partie souterraine peu commune mais aussi la partie émergée de "l'iceberg", son accès :
Abbesses 5.jpg
Abbesses 5.jpg (161.66 Kio) Vu 7086 fois
Cette gravure figure dans un petit ouvrage "Le Métropolitain" paru chez Hachette en 1950 dans la collection "Encyclopédie par l'image". Enfant, à dix ans à peine, ce fut mon premier regard sur le Métro et ce petit livre devint vite mon livre de chevet. C'est tout naturellement que cette gravure s'imposait sur le sujet de la station. Disons que l'artiste s'est inspiré de documents plus ou moins officiels et s'est attaché à montrer la spécificité de la partie souterraine. Par contre il a imaginé l'accès d'un manière simpliste et il est impossible de lire ce qu'il a inscrit sur le panneau de l'entrée. Même les deux candélabres de l'éclairage ne sont pas orientés vers les escaliers. Visiblement il n'avait pu se procurer les plans de l'accès. Ceci dit l'ensemble montre bien le cheminement depuis la surface jusqu'aux quais.
Abbesses 6.jpg
Abbesses 6.jpg (234.45 Kio) Vu 7086 fois
Force est de constater que l'accès n'a plus rien à voir avec celui d'origine ni avec celui datant des années d'après-guerre. Il s'agit bien sur d'un accès "Guimard", celui de la station "Hôtel de Ville" qui était installé rue Lobau. En raison de la construction d'un parking il fut décidé de le préserver, sage initiative. Il existait de nombreux emplacements parmi les lignes ouvertes entre 1900 et 1910 qui auraient pu l'accueillir. Mais pourquoi l'implanter en 1973-1974 place des Abbesses sur les terres du Nord-Sud ? Disons que c'est une faute de goût. Néanmoins la majorité des touristes qui transitent par la place sont ravis de découvrir cet accès tellement parisien et que les "tours-opérateurs" mentionnent sûrement dans leurs brochures. A noter que les murs d'échiffre dans les escaliers ont été préservés. Le cliché a été pris en Mars 2009.
Classement : 15.79%
Une fois rien, c'est rien. Deux fois rien, ce n'est pas beaucoup. Mais trois fois rien ! Pour trois fois rien, on peut acheter quelque chose. (Raymond Devos)

La Creuse Ferroviaire
Avatar du membre
droopyjm
Modérateur
Modérateur
Messages : 1722
Enregistré le : sam. 27 mars 2010 11:35
Localisation : Thiais (94)
Contact :

C'est à cette station que la ligne arrive à son point culminant avant de dégringoler vers la station Jules-Joffrin :
Lamarck-Caulincourt 1.jpg
Lamarck-Caulincourt 1.jpg (178.19 Kio) Vu 7075 fois
La carte doit dater des années 1930 car on lit déjà "Métropolitain" sur le panneau de la station. A coup sûr la photo privilégie la façade du Roma Hôtel. La photo était certainement destinée à faire connaître le Roma Hôtel au delà du quartier. Du fait de la silhouette imposante du bâtiment l'entrée de la station est tronquée. L'accès est encadré par deux volées d'escaliers reliant la rue Lamarck au premier plan à celle de Caulincourt tout en haut. C'est l'un des plus beaux de toute la ligne de par sa situation. Et il faut saluer le savoir-faire des ingénieurs qui ont su tirer parti de la topographie. A noter que la station devait s'appeler "Constantin Pecqueur". Finalement les édiles parisiens lui donnèrent le nom de Jean-Baptiste-Pierre de Monet, Chevalier de Lamarck, professeur de zoologie des invertébrés au Museum en 1793 et celui du marquis Armand de Caulincourt, général et ambassadeur sous le 1er Empire.
Lamarck-Caulincourt 2.jpg
Lamarck-Caulincourt 2.jpg (193.25 Kio) Vu 7075 fois
Pas de balcon accueillant pour restituer fidèlement la carte. L'hôtel existe toujours et s'appelle "Hôtel Roma Sacré Coeur". Le mât de signalisation est le seul et unique du Métro parisien et permet d'orienter les usagers vers l'accès qui se trouve en retrait. L'étroitesse de la rue Lamarck n'avait pas permis l'implantation sur le trottoir. Notons en passant que l'endroit a servi de décor au film de Jean-Pierre JEUNET "Le fabuleux destin d'Amélie POULAIN", même si l'action du film place l'accès dans le prolongement de la rue des Martyrs près de la station Abbesses. Vous pourrez découvrir une vue de face sur l'un des prochains posts. Le cliché a été pris en Novembre 2010.
Classement : 5.26%
Une fois rien, c'est rien. Deux fois rien, ce n'est pas beaucoup. Mais trois fois rien ! Pour trois fois rien, on peut acheter quelque chose. (Raymond Devos)

La Creuse Ferroviaire
Avatar du membre
droopyjm
Modérateur
Modérateur
Messages : 1722
Enregistré le : sam. 27 mars 2010 11:35
Localisation : Thiais (94)
Contact :

De toutes les cartes de la collection de Jean-Pierre RIGOUARD c'est celle que je préfère:
Lamarck-Caulincourt 3.jpg
Lamarck-Caulincourt 3.jpg (180.76 Kio) Vu 7072 fois
Tout, dans ce cliché, respire la qualité. La prise de vue a sans doute été faite dans les années 1920-30 juste avant la fusion avec la CMP. Le personnage féminin s'est prêté à la pose tout comme les enfants attentionnés au discours de l'un d'entre eux. Le soleil, quant à lui, rajoute au décor en dédoublant la main-courante et les marches d'escalier avec leur ombre. C'est aussi l'un des clichés où l'on distingue de près le panneau "Nord-Sud" et le porte-plan. Sont représentées les deux lignes "A" er "B". Par contre il est étonnant d'y voir figurer la ligne "C" qui avait été cédée au Nord-Sud mais qui finalement fut construite par la CMP pour relier la Porte de Vanves à Montparnasse-Bienvenüe et inaugurée le 21 Janvier 1937. Signalons en outre que la station s'est appelée successivement "Lamarck", puis "Lamarck (Caulincourt)", enfin "Lamarck-Caulincourt". A noter que Dominique avait déjà présenté cette carte en Octobre 2010.
Lamarck-Caulincourt 4.jpg
Lamarck-Caulincourt 4.jpg (186.55 Kio) Vu 7072 fois
Tout est authentique sur cette photo prise en Mars 2009. Pratiquement rien n'a changé, hormis le porte-plan qui a disparu. A quelques secondes près j'aurais pu demander au personnage féminin de prendre la pose. Au coin de la rue la boutique vend toujours des fleurs. Quant à celle située dans les escaliers qui proposait des "montages de boutons" elle est devenue "Les "Dessous de Ginette". Pour l'anecdote ce petit bout de rue a été rebaptisée rue Pierre DAC, par arrêté municipal du 18 Juillet 1995 pour célébrer le vingtième anniversaire de sa disparition. Peut-être indirectement un clin d'oeil à cette station qui, pendant l'Occupation, servait d'abri alors que Pierre DAC depuis Londres animait l'émission de Radio Londres "Les Français parlent aux Français".
Rectificatif : "Les Dessous de Ginette" : il s'agit en fait d'un "bar lounge" situé sous le restaurant "Chez Ginette" au dessus des escaliers au niveau de la rue Caulincourt. Dont acte.
Modifié en dernier par droopyjm le mar. 8 févr. 2011 16:10, modifié 1 fois.
Classement : 21.05%
Une fois rien, c'est rien. Deux fois rien, ce n'est pas beaucoup. Mais trois fois rien ! Pour trois fois rien, on peut acheter quelque chose. (Raymond Devos)

La Creuse Ferroviaire
Avatar du membre
droopyjm
Modérateur
Modérateur
Messages : 1722
Enregistré le : sam. 27 mars 2010 11:35
Localisation : Thiais (94)
Contact :

Comme évoqué précédemment avec la station Abbesses, celle de Lamarck-Caulincourt servit d'abri :
Lamarck-Caulincourt 5.jpg
Lamarck-Caulincourt 5.jpg (122.19 Kio) Vu 7061 fois
Cette photo présentée page 139 dans le livre de Jean Robert "Notre Métro" montre un grand nombre de personnes réfugiées sur les quais de la station pendant une alerte en 1944. En effet de violents bombardements de l'US Air Force eurent lieu dans la nuit du 20 au 21 Avril 1944 visant la gare SNCF de Paris-La Chapelle. On aura l'occasion d'en reparler quand nous arriverons à la station Porte de la Chapelle. Vous remarquerez les supports de caténaire encore présents sur la voûte qui permettaient aux motrices de capter le courant (en plus des frotteurs sur le 3ème rail) et ce jusqu'à la fusion avec la CMP.
Lamarck-Caulincourt 6.jpg
Lamarck-Caulincourt 6.jpg (136.56 Kio) Vu 7061 fois
Voici la photo des quais de la station de nos jours prises à peu près sous le même angle. En 1998 fut entrepris le décarrossage ce qui permit de voir les deux noms : "Lamarck" en gros carreaux de faïence blancs sur fond bleu et "Caulincourt" en dessous en petits carreaux. Lors de la rénovation effectuée d'une manière rigoureuse et dans l'esprit du Nord-Sud les quais retrouvèrent le nom "Lamarck" en grands carreaux et celui de "Caulincourt" en petits carreaux au dessus des panneaux d'affichage. Le résultat est magnifique. Subsistent également sur le tympan des tunnels les directions de "Porte de la Chapelle" d'un côté et "Porte de Versailles" de l'autre. Le cliché a été pris en Décembre 2010.
Classement : 5.26%
Une fois rien, c'est rien. Deux fois rien, ce n'est pas beaucoup. Mais trois fois rien ! Pour trois fois rien, on peut acheter quelque chose. (Raymond Devos)

La Creuse Ferroviaire
Avatar du membre
droopyjm
Modérateur
Modérateur
Messages : 1722
Enregistré le : sam. 27 mars 2010 11:35
Localisation : Thiais (94)
Contact :

Il n'y aura cette fois-ci ni carte ni document ancien pour illustrer cet accès. Ils existent probablement bien au chaud dans un carton perdu au fond d'un grenier :
Lamarck-Caulincourt 7.jpg
Lamarck-Caulincourt 7.jpg (186.3 Kio) Vu 7053 fois
Si la vue depuis les escaliers est originale, rien ne vaut en revanche celle de face. L'art et la manière pour les ingénieurs de se servir de la topographie des lieux. Le dénivelé entre la rue Caulincourt en haut de l'escalier et celle de Lamarck au pied a permis d'insérer harmonieusement l'entrée de la station dont les quais se situent 25 mètres plus bas, desservis par un escalier en colimaçon et une paire d'ascenseurs. Comme la carte-photo de Jean-Pierre RIGOUARD c'est mon accès préféré. C'est bientôt Noêl, les sapins attendent d'être adoptés et décorés par une famille du quartier. Le cliché a été pris le 14 Décembre 2010.
Lamarck-Caulincourt 8.jpg
Lamarck-Caulincourt 8.jpg (119.31 Kio) Vu 7053 fois
Au détour d'un couloir apparait le quai en direction de la Porte de la Chapelle. En levant les yeux il y a de quoi être étonné en découvrant ce crochet monstrueux. Beaucoup plus gros qu'un crochet de boucher certes. A quoi peut-il servir ? Eh bien il se situe au dessus des entrailles de la machinerie d'ascenseur dont on aperçoit une partie de la trappe au sol. Il faut bien ce support pour lever ces pièces de machinerie très lourdes et volumineuses vu la taille des ascenseurs. En existe-t-il d'autres ailleurs, je l'ignore, sauf dans les ateliers de maintenance. Le cliché a été pris en Décembre 2010.
Classement : 5.26%
Une fois rien, c'est rien. Deux fois rien, ce n'est pas beaucoup. Mais trois fois rien ! Pour trois fois rien, on peut acheter quelque chose. (Raymond Devos)

La Creuse Ferroviaire
Avatar du membre
droopyjm
Modérateur
Modérateur
Messages : 1722
Enregistré le : sam. 27 mars 2010 11:35
Localisation : Thiais (94)
Contact :

C'est par une sorte de toboggan, en fait une pente de 40m/m par mètre, que la ligne s'éloigne de la butte Montmartre pour rallier la place Jules Joffrin, en se plaçant sous la rue Ordener :
Jules-Joffrin 1.jpg
Jules-Joffrin 1.jpg (196.67 Kio) Vu 7042 fois
L'imposante bâtisse de la Mairie du XVIIIème, encadrée par la rue Hermel à gauche et celle du Mont-Cenis à droite, fait face à l'église Notre-Dame de Clignancourt. La place doit son nom à François Alexandre Jules JOFFRIN, homme politique français, député du XVIIIème arrondissement élu en 1889 face au général BOULANGER. Quant à la ligne "A" elle offrira à cette station le statut de terminus provisoire pendant près de 4 ans jusqu'au 23 Août 1916. C'est l'accès principal que l'on aperçoit dont l'entrée est orientée face à la rue du Mont-Cenis. Comme bien d'autres cette carte provient de la collection particulière de Jean-Pierre RIGOUARD. La même carte, mais provenant d'un autre éditeur, a été présentée en Septembre 2010 par Dominique.
Jules-Joffrin 2.jpg
Jules-Joffrin 2.jpg (153.73 Kio) Vu 7042 fois
Quelques ajustements immobiliers modifient la perspective de nos jours : la Mairie a perdu son clocheton et on a rajouté deux étages à la bâtisse de la rue du Mont-Cenis. L'accès, quelque peu masqué par une armoire technique, a gardé son aspect Nord-Sud hormis le panneau marqué "Métropolitain". Sur cette place, au coeur d'un quartier populaire, se croisent de nombreux passants, usagers du Métro et des lignes de bus, mais aussi des commerces et marchés environnants. A noter que la ligne de bus "Montmartrobus" Place Jules Joffrin-Place Pigalle propose une alternative à la ligne 12 à travers la butte Montmartre. Le cliché a été pris en Mars 2009.
Classement : 5.26%
Une fois rien, c'est rien. Deux fois rien, ce n'est pas beaucoup. Mais trois fois rien ! Pour trois fois rien, on peut acheter quelque chose. (Raymond Devos)

La Creuse Ferroviaire
Avatar du membre
droopyjm
Modérateur
Modérateur
Messages : 1722
Enregistré le : sam. 27 mars 2010 11:35
Localisation : Thiais (94)
Contact :

Les photographes de l'époque n'avaient que l'embarras du choix pour illustrer la place : la Mairie ou l'église Notre-Dame de Clignancourt :
Jules-Joffrin 3.jpg
Jules-Joffrin 3.jpg (160.61 Kio) Vu 7036 fois
Cette carte qui provient de la collection personnelle de Jean-Pierre RIGOUARD possède plusieurs attraits. Outre l'accès dont on en aperçoit une partie sur la droite on peut contempler l'église dont la 1ère pierre fut posée par le baron HAUSSMANN "himself" le 2 Mai 1859. L'inauguration eut lieu après plus de quatre ans de travaux le 29 Octobre 1863, c'est-à-dire au coeur du Second Empire. La place portait encore le nom de "Sainte Euphrasie" avant de prendre celui de Jules Joffrin pour commémorer sa disparition en 1890. Autre élément intéressant : le bus de la ligne "AM". Fabriqué par la firme "Brillié-Schneider" cette série P2 prit en charge la 1ère ligne de bus "Montmartre - Saint-Germain des Prés" inaugurée le 11 Juin 1906 par la Cie Gle des Omnibus, l'ancêtre de la RATP. Donc une activité de 6 ans de bons et loyaux services jusqu'à l'arrivée du métro Nord-Sud.
Jules-Joffrin 4.jpg
Jules-Joffrin 4.jpg (155.16 Kio) Vu 7036 fois
De nos jours la place est bien occupée : kiosque à journaux, arrêt de bus, même un manège, à tel point qu'il faut deviner l'accès surmonté de son panneau "Métropolitain". Beaucoup d'animation au cours de cet après-midi de Mars 2009. Un immeuble moderne a remplacé la triplette de bâtiments en pierres de taille. Rappelons que la Mairie a remplacé celle de la Place des Abbesses le 17 Juillet 1892.
Classement : 5.26%
Une fois rien, c'est rien. Deux fois rien, ce n'est pas beaucoup. Mais trois fois rien ! Pour trois fois rien, on peut acheter quelque chose. (Raymond Devos)

La Creuse Ferroviaire
Avatar du membre
droopyjm
Modérateur
Modérateur
Messages : 1722
Enregistré le : sam. 27 mars 2010 11:35
Localisation : Thiais (94)
Contact :

Parmi les nombreuses cartes de Jean-Pierre RIGOUARD il y a aussi cette autre vue de l'église Notre-Dame de Clignancourt :
Jules-Joffrin 5.jpg
Jules-Joffrin 5.jpg (154.61 Kio) Vu 7033 fois
Cette carte semi-moderne date des années 1930-1940 puisqu'on y voit le panneau de la station marqué "Métropolitain" après la fusion du Nord-Sud avec la CMP (Compagnie du Métropolitain de Paris). En l'espace de 70 ans il semblerait que l'église ait subi les outrages de la pollution, tant les pierres paraissent bien sombres. La circulation automobile est encore clairsemée. Au pied du local technique de la CMP, donc avant 1949, stationne un bus à plateforme de la ligne 80 "Mairie du XVIIIème - Porte de Versailles". Encore une alternative à la ligne 12. La flèche indique probablement l'endroit où résidait l'expéditeur de la carte.
ND de Clignancourt.jpg
ND de Clignancourt.jpg (152.81 Kio) Vu 7033 fois
N'ayant qu'un vue contemporaine identique à celle présentée plus haut il m'a semblé utile de rendre hommage à un peintre qui a immortalisé de nombreux paysages urbains, notamment ceux de la butte Montmartre, à savoir Maurice UTRILLO. C'était le fils naturel de Suzanne VALADON qui servit de modèle à TOULOUSE-LAUTREC et Pierre-Auguste RENOIR entre autres. Elle-même peignit des tableaux et des portraits de son fils. Il naquit tout près au 8 de la rue du Poteau le lendemain de Noël 1883. C'est néanmoins un peintre catalan, Miguel UTRILLO, qui l'aurait reconnu en 1891. Cette huile sur toile peinte en 1938-1939 représente l'église dans le style inimitable d'Utrillo, sauf par quelques faussaires de génie. L'église Saint-Pierre de Montmartre, le Lapin Agile (à Gilles), le Moulin de la Galette, la Maison Rose à Montmartre sont des oeuvres dont les plus grands Musées de la planète en ont fait l'acquisition.
Une fois rien, c'est rien. Deux fois rien, ce n'est pas beaucoup. Mais trois fois rien ! Pour trois fois rien, on peut acheter quelque chose. (Raymond Devos)

La Creuse Ferroviaire
Avatar du membre
droopyjm
Modérateur
Modérateur
Messages : 1722
Enregistré le : sam. 27 mars 2010 11:35
Localisation : Thiais (94)
Contact :

Il ne faut pas quitter la station sans montrer les quais à quelques mois d'intervalle :
Jules-Joffrin 7.jpg
Jules-Joffrin 7.jpg (154.4 Kio) Vu 7027 fois
Cette station, comme un certain nombre de la ligne, fut revêtue d'un carrossage métallique dans les années 1960. Ce procédé d'un coût plus avantageux qu'une réfection complète apportait une touche moderne. Si elle sacrifiait l'esthétique propre au Nord-Sud, cette technique allait apporter de l'eau au moulin des "archéologues du Métropolitain" puisque, lorsqu'il fut décidé d'entreprendre la rénovation complète, le décarrossage allait faire apparaître intacts à 50 ans d'intervalle : publicités, plans, horaires de toutes les lignes y compris ceux de la ligne de Sceaux, publicités pour intégrer la RATP, programmes des théâtres, etc.. Ces travaux (principalement effectués de nuit) commencèrent en Mars-Avril 2008 pour se poursuivre une bonne partie de 2009 jusqu'à la réfection complète fin 2009. Lors du décarrossage apparurent le nom de la station en gros carreaux "J.JOFFRIN" et en petits carreaux au dessus des panneaux publicitaires "Pce J.JOFFRIN". Le cliché ci-dessus, montrant la fin des travaux de mise à nu des piédroits et de la voûte, a été pris en Février 2009.
Jules-Joffrin 8.jpg
Jules-Joffrin 8.jpg (167.86 Kio) Vu 7027 fois
Sur ce cliché pris en Novembre 2010 on admire le résultat du travail colossal de rénovation. Le nom de la station en grands carreaux à l'identique "J.JOFFRIN" et celui en petits carreaux "JULES JOFFRIN" au dessus des panneaux publicitaires. Les frises de couleur marron ont été reprises puisqu'il s"agit d'une station de passage. A n'en pas douter on est bien sur le Nord-Sud. Un grand merci aux responsables de la division "Renouveau du Métro" de la RATP.
Modifié en dernier par droopyjm le mar. 8 févr. 2011 16:23, modifié 1 fois.
Une fois rien, c'est rien. Deux fois rien, ce n'est pas beaucoup. Mais trois fois rien ! Pour trois fois rien, on peut acheter quelque chose. (Raymond Devos)

La Creuse Ferroviaire
Répondre

Retourner vers « Paris - Hier/aujourd'hui »