Le double pont ferroviaire du Mée (Seine & Marne)

Avatar du membre
Budd
500+
500+
Messages : 742
Enregistré le : lun. 11 oct. 2010 18:27
Contact :

Le double pont ferroviaire du Mée (WW II)

Message par Budd »

En ce qui concerne la seconde guerre mondiale, ce pont fut détruit une première fois, le 15 Juin 1940 (par le génie français), puis une seconde fois, le 22 Août 1944 (par les allemands).


1940

Dans l’article paru dans "Notre Département : La Seine-et-Marne" (n°13 de Juin-Juillet 1990) intitulé " Il y a cinquante ans : Six jours de combats en Seine-et-Marne" rédigé par le général J. Delivré ;
comme dans l’ouvrage de René-Charles PLANCKE « La Seine-et-Marne 1939-1945 – Tome 1 – De l’avant guerre à l’occupation allemande » ;
figure le témoignage du Préfet de l'époque, le Préfet Voizard, qui s’interroge sur la raison conduisant à faire sauter les ponts puisque les allemands franchissent la Seine à Paris depuis la veille.

La réponse me semble être : pour retarder l’avancée des forces ennemies et permettre le repli des forces françaises, comme en témoigne l'extrait de l’article rédigé par le général J. Delivré (pages 16-17) :
Journée du 14 Juin 1940
Deux divisions établissent une ligne de recueil sur la Seine :
:arrow: la 7e division d’infanterie nord-africaine ; elle placera des bouchons sur les passages de :
- Melun, 31e régiment de tirailleurs algériens,
- Fontaine-le-Port, 20e régiment de tirailleurs tunisiens ;
:arrow: la 87e division d’infanterie nord-africaine avec :
- le 17e régiment de tirailleurs algériens à Avon,
- le 9e régiment de zouaves à Champagne-sur-Seine,
- le 344e régiment d’infanterie à Vulaines.
L’artillerie portée qui avait appuyé la 57e division sur la Griselle a fait halte dans le parc du château de Beauvoir et arrive à l’obélisque de Fontainebleau où elle reçoit mission de soutenir la 87e DINA.
(…)
La marche infernale a recommencé. (…) Melun offre un spectacle insensé (…). Tout ce qui roule encore est sur les routes, mais les fantassins des 101e, 93e, 130e sont toujours à pied portant leurs armes et leur barda.
(…)
Dans la nuit du 14 au 15, toutes les grandes unités (divisions) évoquées jusqu’à présent franchissent la Seine sous la protection des divisions de recueil et de l’artillerie.
(...)
Les ponts sautent : aussitôt une violente canonnade et des tirs d'armes légères proviennent de la rive gauche.

René-Charles PLANCKE précise : A MELUN, le 15 juin, vers 8 heures du matin une formidable explosion retentit : 300 kg de cheddite font sauter le pont de fer, peu après les ponts ferroviaires du MEE et du PET-AU-DIABLE sautent à leur tour (...). Source : ouvrage précédemment cité, page 108.

MELUN (S.-et-M.). Juin 1940. - Le Pont du Mée.
R. Gallois - Artisan, Rueil-Malmaison (S.-et-O.)
Dos divisé - Non circulée
Pont du Mée 40 VAm DlLRG NC Juin 1940.JPG
Pont du Mée 40 VAm DlLRG NC Juin 1940.JPG (66.88 Kio) Vu 1342 fois
Vue amont, prise de Dammarie-lès-Lys (rive gauche).
Classement : 15.79%
 

Avatar du membre
Budd
500+
500+
Messages : 742
Enregistré le : lun. 11 oct. 2010 18:27
Contact :

Le double pont ferroviaire du Mée (WW II - Juin 1940)

Message par Budd »

MELUN (S.-et-M.). Juin 1940. - Le Pont du Mée.
R. Gallois - Artisan, Rueil-Malmaison (S.-et-O.)
Dos divisé - Non circulée
Pont du Mée 41 VAm DlLRG NC Juin 1940.JPG
Pont du Mée 41 VAm DlLRG NC Juin 1940.JPG (93.4 Kio) Vu 1327 fois
Vue amont prise de la rive gauche (D.-lès-L.)

MELUN (S.-et-M.). Juin 1940. - Le Pont du Mée.
R. Gallois - Artisan, Rueil-Malmaison (S.-et-O.)
Dos divisé - Non circulée
Pont du Mée 42 VAm DlLRG NC Juin 1940.JPG
Pont du Mée 42 VAm DlLRG NC Juin 1940.JPG (93.2 Kio) Vu 1327 fois
Vue amont prise de la rive gauche (D.-lès-L.)
Classement : 10.53%
 

Avatar du membre
Budd
500+
500+
Messages : 742
Enregistré le : lun. 11 oct. 2010 18:27
Contact :

Le double pont ferroviaire du Mée (WW II - La Passerelle)

Message par Budd »

Voici l'étape suivante de la reconstruction du pont qui se déroula, sur les injonctions de l'occupant allemand, entre l'été 1940 et 1941.
Après la mise en place d'une "passerelle", on prépare le support de l'arche à "réparer".

Les deux vues sont différentes.

MELUN (S.-et-M.). La Passerelle du Pont du Mée.
R. Gallois - Artisan, Rueil-Malmaison (S.-et-O.)
Dos divisé - Non circulée
Pont du Mée 43 VAv DlLRG NC La Passerelle.JPG
Pont du Mée 43 VAv DlLRG NC La Passerelle.JPG (120.36 Kio) Vu 1326 fois
Vue aval prise de la rive gauche (D.-lès-L.)

MELUN (S.-et-M.). La Passerelle du Pont du Mée.
R. Gallois - Artisan, Rueil-Malmaison (S.-et-O.)
Dos divisé - Non circulée
Pont du Mée 44 VAv DlLRG NC La Passerelle.JPG
Pont du Mée 44 VAv DlLRG NC La Passerelle.JPG (123.59 Kio) Vu 1326 fois
Vue aval prise de la rive gauche (D.-lès-L.)
Classement : 15.79%
 

Avatar du membre
Budd
500+
500+
Messages : 742
Enregistré le : lun. 11 oct. 2010 18:27
Contact :

La différence entre les 2 vues précédentes

Message par Budd »

La différence principale entre les cartes postales précédentes se situe au niveau du pied d'une arche, avec la présence d'une barque avec deux passagers sur la seconde vue.

La réponse en image :
Pont du Mée 44 détail La Passerelle.JPG
Pont du Mée 44 détail La Passerelle.JPG (3.92 Kio) Vu 1325 fois
Classement : 5.26%
 

Avatar du membre
Budd
500+
500+
Messages : 742
Enregistré le : lun. 11 oct. 2010 18:27
Contact :

Le double pont ferroviaire du Mée (WW II - Août 1944)

Message par Budd »

1944

MELUN (S.-et-M.). Le Pont de Mée. Août 1944.
R. Gallois - Artisan, Rueil-Malmaison (S.-et-O.)
Dos divisé - Non circulée
Pont du Mée 50 VAv DlLRG NC Août 1944.JPG
Pont du Mée 50 VAv DlLRG NC Août 1944.JPG (103.85 Kio) Vu 1325 fois
Vue aval prise de Dammarie-lès-Lys (rive gauche).

:arrow: Extrait de l'ouvrage « Histoire du Chemin de Fer de Seine-et-Marne – Tome 1 – de la vapeur au TGV », écrit par René-Charles PLANCKE, paru aux éditions AMATTEIS en 1991, p. 346.

Le Mée – Le pont du chemin de fer août 1944.
A la veille de la Libération, le viaduc devint un objectif de l’aviation alliée. Les bombardiers américains restaient en altitude pour échapper à la Flak, ils n’atteignirent jamais leur but. En revanche, ce furent les Allemands qui, le 22 août 1944, alors que les Américains étaient déjà à Dammarie-lès-Lys, firent sauter les arches centrales à l’aide de torpilles mises en place quatre jours auparavant, une seule s’effondra, l’autre s’affaissa de onze centimètres.
Sur le cliché [note de Budd : identique à la carte présentée ci-dessus et reprise dans l’ouvrage de R.-C. Plancke à la p. 347], les explosifs allemands ont été plus efficaces que les bombardements alliés. Le pilier de gauche conserve néanmoins des traces des mitraillages américains.
Le viaduc du Mée fut à nouveau reconstruit dès septembre 1944. L’arche affaissée de onze centimètres fut remontée par des vérins et « recollée », les travaux furent exécutés en 52 jours. Quant au reste, il fallut le reconstruire complètement.
Afin d’assurer les liaisons entre Paris et Melun, une station provisoire fonctionna au Mée, qui devint ainsi tête de ligne du service banlieue jusqu’en 1946. La commune vit en même temps se développer singulièrement l’activité des passeurs temporaires.
Classement : 15.79%
 

Répondre

Retourner vers « Trains »