Saint-Servan

Avatar du membre
JeanMarc
500+
500+
Messages : 4579
Enregistré le : sam. 21 déc. 2013 06:28
Localisation : Paris 19ème

Re: Saint-Servan

De Saint-Malo à Saint Servan - Le Pont Roulant à marée haute
(1911)
Collection Germain - T. Guérin, successeur, Saint-Malo

Le Pont Roulant, conçu par l'architecte servanais Alexandre Leroyer (1827-1886), permettait, au Chariot transportant 50 voyageurs au maximum, de traverser, à marée haute, la passe maritime entre Saint-Malo et Saint-Servan, sur un chemin de fer établi au fond de ladite passe. Le coût de sa construction s'est élevé à 45.000 francs. Inauguré le 26 octobre 1873, ce pont unique en France est donné en concession pour soixante années à Leroyer, à compter du 10 février 1874.
Le trajet qui durait d'une minute et demie à deux minutes, selon la hauteur de la mer, coûtait 5 centimes « sur le pont », 10 centimes dans la cabine.
Pendant les six premières semaines d'exploitation, le chariot a transporté 75.133 passagers, soit 1832 par jour et 11 par voyage.

Image

Saint-Servan, 8 novembre 1918. Le malheureux Pont-Roulant joue de malheur : déjà endommagé depuis un certain temps, il vient d'être victime d'un nouvel accident qui le met hors d'usage pour assez longtemps. A la dernière marée, un vapeur entrant au port l'a abordé, le soulevant de ses rails et le couchant contre le mur du quai. (Ouest Eclair 10 novembre 1918)
Le vapeur en question n'était autre que le cargo norvégien « Brawn ».

Quatre jours plus tard, déveine insensée, un autre bateau ouvrait une brèche de 8 mètres dans les rails. Cette fois, ce fut la fin. Le Pont Roulant s'immobilisa côté Saint-Malo pour une longue période.

Après ces deux malheureux accidents de 1918, Olivier Durand, concessionnaire depuis 1911, ne remettra jamais en état son pont roulant qui traînera pendant quatre ans sur la grève, face à Saint-Malo, envahi par les algues et la mousse. En août 1922, Durand demande le retrait de l'autorisation qui lui a été accordée pour exploiter le pont roulant, et en 1923, il procède à l'enlèvement de l'épave, à sa charge.

Saint Servan - Le pont roulant (cliché Séraphin-Médéric Mieusement vers 1880)
Image
Classement : 21.05%
rigouard
500+
500+
Messages : 62650
Enregistré le : mer. 28 juil. 2010 08:47

Re: Saint-Servan

1298 - SAINT-SERVAN sur MER (I. et V.) - La Tour Solidor et la Rance.

Image

Laurent Nel - Rennes.
Avatar du membre
JeanMarc
500+
500+
Messages : 4579
Enregistré le : sam. 21 déc. 2013 06:28
Localisation : Paris 19ème

Re: Saint-Servan

Saint-Servan - Quartier de Solidor vu de la Tour
(1910)
Saint-Servan - Quartier de Solidor vu de la Tour (1910).jpg
Saint-Servan - Quartier de Solidor vu de la Tour (1910).jpg (200.24 Kio) Vu 632 fois
Classement : 15.79%
Avatar du membre
JeanMarc
500+
500+
Messages : 4579
Enregistré le : sam. 21 déc. 2013 06:28
Localisation : Paris 19ème

Re: Saint-Servan

Saint-Servan - Le Sémaphore et Tour Saint-Joseph

L’ancien moulin du Gras-Larron, du nom du lieu-dit éponyme où il est bâti à Saint-Servan au début du XVIIIe siècle, est désaffecté en 1806, pour y aménager un Sémaphore, face à la future chapelle Saint-Joseph qui sera construite sur plusieurs années à partir de 1863.
Le 21 août 1820 le journal
Le Constitutionnel annonce qu’il y a eu un orage épouvantable à Saint-Malo, et que la foudre a écrasé le Sémaphore de Saint-Servan. Propos probablement excessifs puisque le sémaphore sans paratonnerre est resté debout jusqu’à ce jour…
Resté propriété des domaines de l’Etat, la municipalité obtient l’autorisation d’y aménager un jardin public, réalisé en 1865.
Le 15 janvier 1901, la direction des Domaines décide de vendre aux enchères publiques la Tour de l’ancien Sémaphore désaffecté et les 4.094 m² y attenant sur une mise à prix de 40.000 francs.
voir ici annonce adjudication 15 janvier 1901
La ville de Saint-Servan remporte cette adjudication pour 40.100 francs.
Ce jardin sera agrandi par l’adjonction de la propriété de Bel-Air voisine, acquise par la commune en 1940 et deviendra le Parc Bel-Air en 1944.

voir ici la Tour du Sémaphore aujourd’hui

Saint-Servan - Le Sémaphore et Tour Saint-Joseph (1908).jpg
Saint-Servan - Le Sémaphore et Tour Saint-Joseph (1908).jpg (226.77 Kio) Vu 582 fois
Classement : 15.79%
Avatar du membre
toyota78
500+
500+
Messages : 4975
Enregistré le : dim. 5 févr. 2012 21:59
Localisation : Plourin-Les-Morlaix (29)

Re: Saint-Servan

SAINT-SERVAN - Le Mouchoir Vert
Numérisation_20210911 (107).jpg
Numérisation_20210911 (107).jpg (257.06 Kio) Vu 524 fois
3514 - G.F.
Classement : 10.53%
Le souvenir est le parfum de l'âme (George Sand)
Avatar du membre
Rigel
500+
500+
Messages : 4866
Enregistré le : ven. 8 juin 2018 08:08
Localisation : Ardèche Méridionale
Contact :

Re: Saint-Servan

Saint-Servan - Le Collège et l'Hôtel de Ville
n° 34 - LL

35-Saint-Servan - Le Collège et l'Hôtel de Ville - Tramway - 34 LL.jpg
35-Saint-Servan - Le Collège et l'Hôtel de Ville - Tramway - 34 LL.jpg (168.08 Kio) Vu 478 fois
Classement : 21.05%
Avatar du membre
JeanMarc
500+
500+
Messages : 4579
Enregistré le : sam. 21 déc. 2013 06:28
Localisation : Paris 19ème

Re: Saint-Servan

L’Anse de l’Egorgerie

Cette petite crique du village de Quelmer, au lieu-dit La Passagère, sur la commune de Saint-Servan , est située sur la rive droite de la Rance.
De par sa configuration, la rivière présente, à cet endroit, l’emplacement le plus favorable pour la traversée la plus courte ; aussi, un passeur s’y est installé à demeure dès le XVIIIe siècle, en face de la cale de Jouvente, sur la rive opposée, dépendant de Pleurtuit. Cette cale est, à cette époque, cependant très rudimentaire et ne sera bâtie efficacement qu’en 1852-1858.
Jean Le Gall, né en 1746 à Plounévez est donc installé dans une maison de « La Passagère », qui lui est attribuée pour sa fonction de passeur. Il y vit avec Guillemette Ruche, née en 1759 qu’il a épousé en 1781, et leurs cinq enfants Jean Julien, Perrine, Jacquemine, Yvonne et Pauline, nés de 1782 à 1788. Vit également sous leur toit, leur servante, Hélène Bourseul, âgée de 22 ans.
C’est dans la nuit du mardi 7 au 8 décembre 1790 que se déroule une tragédie qui donnera à cet endroit, son nom de « l’Egorgerie » : Jean Le Gall est abattu de trois balles dans la tête, son épouse Guillemette, sa servante et deux de leurs enfants, Jean et Perrine, ont la gorge tranchée.
Les trois enfants les plus jeunes, Jacquemine, Yvonne et Pauline, seront épargnés du massacre, étant, au moment des faits, couchés dans les combles.
A la suite de témoignages tardifs affirmant avoir vu, dans l’après-midi du 7 décembre, quatre inconnus portant un fusil dans les parages, le juge Corbin est chargé en 1792, de procéder à plusieurs interrogatoires, essentiellement de Pierre Garçon, ancien contrebandier âgé de 58 ans, batelier du Naitz, lequel finit par être incarcéré.
Condamné à mort le 31 août 1792, Garçon fait appel dès le lendemain. Le jugement sera en fait invalidé, puisqu’il mourra de mort naturelle le 30 décembre 1808 à Saint-Servan.
Les auteurs de ces crimes ne seront en fait jamais découverts, mais les raisons en sont cependant connues : il s’agissait d’un règlement de compte relatif à un trafic de contrebande, auquel Jean Le Gall aurait été mêlé d’une manière ou d’une autre…


L'Anse de l'Egorgerie.jpg
L'Anse de l'Egorgerie.jpg (171.42 Kio) Vu 358 fois
Classement : 15.79%
Avatar du membre
JeanMarc
500+
500+
Messages : 4579
Enregistré le : sam. 21 déc. 2013 06:28
Localisation : Paris 19ème

Re: Saint-Servan

Les Bords de la Rance - La Passagère
Village de Quelmer sur la Rance, commune de Saint-Servan

La Passagère (village de Quelmer sur la Rance St Servan).jpg
La Passagère (village de Quelmer sur la Rance St Servan).jpg (227.43 Kio) Vu 297 fois
Classement : 21.05%
Avatar du membre
JeanMarc
500+
500+
Messages : 4579
Enregistré le : sam. 21 déc. 2013 06:28
Localisation : Paris 19ème

Re: Saint-Servan

Saint-Servan - Le Chemin du Rosais
Collection Germain fils aîné, Saint-Malo

On se situe au Chemin du Vau Garni près de la plage du Rosais, avec la vue au lointain du Château de la Roche aux Mouettes qui surplombe la plage des Fours à Chaux.
Saint-Servan - Le Chemin du Rosais.jpg
Saint-Servan - Le Chemin du Rosais.jpg (221.36 Kio) Vu 92 fois
Classement : 21.05%
Avatar du membre
JeanMarc
500+
500+
Messages : 4579
Enregistré le : sam. 21 déc. 2013 06:28
Localisation : Paris 19ème

Re: Saint-Servan

12 - Saint-Servan - Les Bords de la Rance aux fours à chaux - L.L.

Une des rares vues qui permet de distinguer nettement le manoir de la Roche aux Mouettes, planté sur la pointe de l’Aiguille qui domine la plage des Fours à Chaux en vis-à-vis de l’Ilot de Bizeux sur l’estuaire de la Rance.
Ce château, tout d’abord appelé
Villa Rivoli, a été édifié vers 1860-1870 par le comte Henry de Kergariou (1807-1878), qui l’a ensuite rebaptisé la Roche aux Mouettes.
La famille de Kergariou ne semble pas être une des familles bretonnes des plus déshéritées. Henry de Kergariou, maire, député puis sénateur, réside au
Château de Bonaban sur la commune de La Gouesnière, près de Saint-Servan, domaine qu’il a acquis en 1842 ; il est né en 1807 au Château de Bringolo, près de Guingamp, qu’il a hérité de sa mère Mélite de Tréveneuc (1781-1853), laquelle avait épousé Joseph de Kergariou (1779-1849), député et préfet.
Le père de Joseph, René-Fiacre de Kergariou (1734-1785) était décédé au
Château de Bonabry à Hillion près de Saint-Brieuc. Auparavant, la famille de Kergariou résidait à Lannion.

Au jour de l’oblitération de cette carte, La Roche aux Mouettes appartient au fils d’Henry,
Guillaume Joseph Marie vicomte de Kergariou (1846-1926), né au Château de Bonaban. Officier d’artillerie, maire de La Gouesnière en 1877-1881, 1905-1908 et 1920-1926, Guillaume de Kergariou s’est marié le 27 janvier 1881 à Paris 7e avec Jeanne-Louise-Marguerite de Bailliencourt-Courcol (1861-1946).
Au vu des notes qu’ils font paraître dans les annuaires et journaux mondains, les époux de Kergariou mènent la grande vie : outre la Roche aux Mouettes, ils déclarent être propriétaires du manoir de Coadélan près de Belle-Isle-Bégard (Côtes du Nord), du château de Trividy à Plouigneau (Finistère) et résider pour la saison hivernale à Paris au n°26 avenue Hoche.
Guillaume de Kergariou est décédé le 4 mai 1926 au 5 avenue Franco-Russe à Paris 7e et inhumé au cimetière du Rosais à Saint-Servan tout comme son épouse qui le suivra le 30 mai 1946. Leur fille, Renée de Kergariou (1882-1977), sera la dernière de la famille à occuper la Roche aux Mouettes.

Le manoir de la Roche aux Mouettes d’une superficie de 385 m², avec son domaine de 22.611 m², était en vente le 8 juillet 2019, sur une mise à prix de 1.870.000 euros.

Saint-Servan - Bords de la Rance aux fours à chaux (1908).jpg
Saint-Servan - Bords de la Rance aux fours à chaux (1908).jpg (135.79 Kio) Vu 52 fois
Classement : 21.05%
Avatar du membre
JeanMarc
500+
500+
Messages : 4579
Enregistré le : sam. 21 déc. 2013 06:28
Localisation : Paris 19ème

Re: Saint-Servan

288 - Saint-Servan - L'Anse de la Briantais
Collections ND. Phot.

Saint-Servan - L'Anse de la Briantais.jpg
Saint-Servan - L'Anse de la Briantais.jpg (148.83 Kio) Vu 20 fois
Classement : 10.53%
Répondre

Retourner vers « 35 - Ille-et-Vilaine »